Livre Blanc : Impact du Mobile sur le Paiement de Détail

Aujourd’hui, quatre instruments de paiement se partagent la quasi-totalité des paiements de détail en France qui représentent 5,1 trillions d’euros de transactions pour l’ensemble des particuliers et des professionnels. Ces quatre instruments principaux sont les espèces, les chèques, les cartes et les virements. Les espèces, instrument historique, ont encore une présence importante avec environ 65% des transactions en volume et 24% en valeur des actes d’achat. Mais la carte bancaire est devenue l’instrument privilégié du paiement de détail des particuliers avec environ 21% des transactions en volume, mais surtout 36% en valeur. Le chèque, bien qu’en déclin régulier, représente toujours un proche second dans le paiement de détail avec 13% en volume et 33% en valeur. Le virement, premier instrument dans les paiements confondus entre particuliers et entreprises, est quant à lui le parent pauvre du paiement de détail et vient en quatrième position.

Parmi ces quatre instruments, seule la carte démontre un modèle économique auto-rentable, fondé sur l’acceptation des marchands de verser plus de 3 milliards d’euros de commission et sur l’acceptation des particuliers de verser 2,8 milliards d’euros de cotisation. Mais les contraintes de ce modèle économique expliquent également la grande résistance des espèces et des chèques dans de nombreuses catégories de transactions.

Au-delà des différences sur le modèle économique, gratuité ou paiement de commissions, les instruments se distinguent également par les réponses techniques que chacun offre lors des différentes étapes de capture d’une transaction (identification, échange des termes, authentification, approbation, signature, confirmation) et par les valeurs d’usages qu’ils peuvent offrir (anonymat, temporalité entre la livraison et le règlement, suivi dans le temps des différentes transactions).

Suivant le type de transactions, chaque instrument offre son propre triptyque technique, valeur d’usage et équation économique qui répond plus ou moins bien à la situation considérée. Si les cartes continuent à progresser rapidement, force est de constater qu’il existe des poches d’usages, par exemple dans les paiements entre particuliers, ou les espèces et les chèques ne seront pas aisément délogés par les cartes bancaires.

Face à cette situation, le mobile intelligent vient offrir des capacités techniques de connexion au réseau et de puissance de traitement, et des valeurs d’usage d’un objet compagnon toujours présent, créateur d’opportunités multiples en situation de déplacement.

Concernant le paiement, le mobile offre technologiquement des possibilités fondamentalement nouvelles de capture de la transaction, et plus particulièrement de bouclage du circuit des opérations en intégrant le particulier payeur dans le flot des autorisations, authentifications et confirmations, changeant les contrôles et les scénarios d’utilisation envisageables.

Le mobile permet ainsi de proposer des alternatives nouvelles dans plusieurs catégories de paiements, où les cartes, ou les chèques suivant les cas, sont aujourd’hui les instruments dominants. C’est alors plusieurs instruments de paiement, fondés sur le dispositif de paiement mobile, que l’on peut imaginer pour s’opposer tour à tour aux solutions en place. Mais les modèles économiques de chacune de ces déclinaisons sur mobile sont fondamentaux pour assurer le succès de l’instrument de paiement correspondant.

Soit les banques décident de résoudre la transition hors du chèque, et le mobile peut servir à partir d’un modèle de gratuité faciale de formidable outil de remplacement reposant sur les capacités de règlement des virements et prélèvements. Soit elles se refusent à entamer cette transition, et le mobile, sur la base d’un modèle de commissions, ne viendra remplacer le chèque que sur quelques cas d’usage très particuliers.

Concernant les cartes bancaires, un prestataire en services de paiements voulant offrir une solution sur mobile se voit lui confronté à l’alternative de devoir reconstruire un système de règlement des transactions, pour court-circuiter les structures de commissions des organismes opérateurs de cartes bancaires, ou d’encapsuler les cartes bancaires avec son propre instrument, et d’accepter alors de ne traiter que les cas d’usage spécifiques justifiant des commissions plus importantes (en termes de diminution de fraudes, de taux de défaut, ou de facilité d’installation et d’opération des matériels de transaction).

Enfin, pour les organismes opérateurs de cartes bancaires, le mobile est un nouveau dispositif de paiement permettant de dématérialiser la carte plastique et de lui offrir des possibilités que sa forme actuelle ne peut lui permettre. L’enjeu est néanmoins de savoir faire évoluer le modèle économique pour répondre aux cas d’usage correspondants à un usage par mobile avec une structure de commissions adaptée, tout en maintenant la cohérence avec les commissions déjà en place.

On voit que le mobile interpelle à la fois les acteurs du paiement de détail en place, ainsi que les acteurs souhaitant entrer à la faveur de ce bouleversement. Une chose est certaine, dans 3 à 5 ans, les frontières de plusieurs des quatre instruments en place auront largement été redéfinies.

Télécharger le livre blanc

Ce livre blanc est librement distribuable sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND, vous pouvez le télécharger à l’adresse http://download.finthru.com/livres-blancs/Impact-du-Mobile-sur-le-paiement-de-detail.pdf

Si vous désirez une présentation en interne à vos équipes, contactez Frédéric Baud à fbaud@finthru.com pour démarrer votre processus stratégique dans les meilleures conditions.

Advertisements

7 thoughts on “Livre Blanc : Impact du Mobile sur le Paiement de Détail

  1. Bonjour Frédéric, Passionnant. Je trouve néanmoins que les évolutions du virement et du prélèvement sont un peu trop passées sous silence. Voir les exemples de FasterPayment et de iDeal, l’arrivée du SDD (Sepa DD) et du virement de proximité… De nombreux commerçants souhaitent proposer des alternatives à la carte par du prélèvement (pour achats récurrents) ou du virement (pour des sommes plus importantes) voir par exemple la video du TPE SlimPay: http://insiden.blogspot.com/ .
    Le virement (et son frère le prélèvement) est l'”unité de base” de tout moyen de paiement (un paiement carte ou mobile, fini toujours par un virement entre un compte et un autre). Cette unité de base a ses propres évolutions qui peuvent à un certain moment entrer en collision avec des moyens de paiement plus sophistiqués.

    • Bonjour Jérôme,

      Merci pour ton commentaire.

      En fait, le document évoque le fait que le Mobile est un dispositif de paiement (de capture d’une transaction) aux nombreuses possibilités qui permet d’imaginer nombre d’instruments de paiement différents. Il soutient même une capacité unique à vraiment remplacer la souplesse du chèque (e.g. paiements fractionnés par accord mutuel) en encapsulant les instruments que sont les virements et les prélèvements. Des évolutions comme SEPA CT et DD sont à l’évidence des bonnes nouvelles pour offrir des moyens de règlements pouvant supporter cette souplesse. Reste néanmoins à résoudre la relation complexe qu’ont actuellement les banques avec les chèques (instrument gratuit, mais procurant des revenus indirects au travers des frais d’incidents).

  2. Pingback: Livre Blanc : Impact du Mobile sur le Paiement de Détail | Nouveaux paradigmes | Scoop.it

  3. Ces aspects seront pris en compte dans un second livre blanc en cours de rédaction (“Adoption d’Internet et Évolutions Règlementaires, Impact sur les Services des Comptes Bancaires des Particuliers”)

  4. Pingback: Livre Blanc : Impact du Mobile sur le Paiement de Détail | Et si on parlait d'argent | Scoop.it

  5. Pingback: Innovation Bancaire, 2011 une année mouvementée, qu’attendre de 2012 ? « WiseWeb

  6. Pingback: Livre Blanc : Impact du Mobile sur le Paiement de Détail | Médias mobiles | Scoop.it

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s