Livre Blanc : Impact des Acteurs Non-Bancaires sur le Paysage du Paiement de Détail

En 2006, la taille de la masse monétaire M1, utilisée pour les paiements de détails, était de 593,9 milliards d’euro. Avec environ 499 milliards d’euro en dépôt sur des comptes bancaires, cette masse de monnaie scripturale engendrait aux alentours de 5 trillions d’euros de transactions de paiement au travers du système interbancaire.

Depuis une dizaine d’années, le législateur européen a construit les conditions d’entrée de nouveaux acteurs non-bancaires, soumis à des agréments allégés par rapport aux banques qui étaient jusqu’ici les seules à avoir le droit d’opérer des services de paiement. Avec la première directive sur les établissements de monnaie électronique (DME1) datant de 2000, puis de façon plus volontaire avec la directive sur les établissements de services de paiements (DSP) de 2007 et enfin avec la nouvelle version de la directive sur les établissements de monnaie électronique de 2009, la commission a posé le cadre pour une redéfinition concurrentielle de la chaîne de valeur du paiement de détail.

La mise en application en France de ces nouvelles directives a toujours suivi avec un décalage d’au moins 2 ans l’adoption des textes européens. La DME1 était pratiquement restée lettre morte sur le territoire Français, et la DME2 est toujours en attente de transposition. Néanmoins, grâce notamment au passeport Européen, les choses ont commencé à bouger et on peut s’attendre à un impact de ces nouveaux acteurs non-bancaire dans un horizon de 3 à 5 ans.

Malgré la volonté de mise en concurrence, les banques gardent encore de nombreuses fonctions interdites aux nouveaux acteurs : services de paiement bancaires (chèque, virement, prélèvement,..), offre d’épargne ou de crédit. Ces fonctions sont de réels avantages compétitifs au sein de la chaîne de valeur du paiement de détail.

Les nouveaux acteurs non-bancaires ont seulement obtenu le droit de venir concurrencer les banques au travers de la détention de monnaie électronique ou de services de flux de paiements. Ils ont en revanche des exigences sur leurs capitaux propres inférieurs à celles demandées aux banques dont la base du métier est la transformation de dépôts en crédits. La dynamique repose donc principalement sur l’ouverture à de petits acteurs, plus agiles de fonctions participant à la chaîne de valeur.

L’enjeu est alors pour ces nouveaux acteurs, soit d’importer leur compétence unique acquise sur un autre métier, comme veut le faire Google, soit de développer des nouvelles compétences qui viendraient compléter celles des banques, avant que celles-ci ne décident de les développer en interne.

Ces nouveaux entrants peuvent ainsi choisir entre trois types de stratégie :

• La bonification de maillon de la chaîne de valeur, en complétant l’offre des banques pour augmenter la valeur ajoutée du maillon correspondant.
• La création de plateformes pour permettre à de nombreux acteurs tiers, plus particulièrement acteurs non-financiers comme les nombreux sites de collecte qui ont vu le jour, de venir proposer des chaînes de valeur particulières sur des cas d’usages spécifiques.
• La redéfinition complète de la chaîne de valeur, soit en y intégrant les phases amont et aval au paiement de la transaction commerciale comme veut le faire Google Wallet, soit en s’intégrant dans un univers de place de marché, comme eBay l’avait permis à PayPal, et comme le permettront sans doute les réseaux sociaux, FaceBook en tête.

Le champ est donc malgré tout largement ouvert, les prises de positions stratégiques d’aujourd’hui définiront à l’évidence ceux qui dans 3 à 5 ans sortiront comme les grands vainqueurs de ces changements voulus par les autorités Européennes.

Télécharger le livre blanc

Ce livre blanc est librement distribuable sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND, vous pouvez le télécharger à l’adresse http://download.finthru.com/livres-blancs/lb-monnaie-electronique/Impact-des-Nouveaux-Acteurs-Non-Bancaires-sur-les-Paiements-de-Detail.pdf

Si vous désirez une présentation en interne à vos équipes, contactez Frédéric Baud à fbaud@finthru.com pour démarrer votre processus stratégique dans les meilleures conditions.

Advertisements

One thought on “Livre Blanc : Impact des Acteurs Non-Bancaires sur le Paysage du Paiement de Détail

  1. Pingback: Livre Blanc : Impact des Acteurs Non-Bancaires sur le Paysage du Paiement de Détail | LdS Innovation | Scoop.it

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s